Vous êtes ici

L’objet-mystère du mois

Découvrez l’objet-mystère du mois !

Après un an d’existence, le jeu « Découvez l’objet-mystère du mois » en partenariat avec la ville de Fresnes via son journal le Panorama et son site www.fresnes94.fr s’arrête.
Nous remercions le Panorama pour cette collaboration ainsi que toutes celles et ceux qui se sont prêtés au jeu pour découvrir au fil des mois ces objets  issus de nos collections ou d’une exposition en cours à l’écomusée.

Bravo à Madame Sandrine Soret qui trouvé notre dernier objet-mystère du mois de février et qui se verra offrir l’une de nos publications à retirer à l’écomusée.
Les autres gagnants qui ne seraient pas encore venus chercher leur ouvrage à l’écomusée sont cordialement invités à le faire.

-----

SOLUTION DU MOIS DE FÉVRIER

Il s’agissait d’une pelle à vide ordures ménagères de marque Vidalux issue des collections de l’écomusée.

Symbole de la modernité dans les années 50, au même titre que le chauffage central, les sanitaires ou les grandes ouvertures (fenêtres et portes), le vide-ordures est même considéré alors comme un équipement de luxe que seules possèdent les habitations d’un certain standing. Pourtant une loi en permettra sa condamnation dès 1965 puis sa suppression à partir de 2004 sous certaines conditions. Il tend à disparaître pour des impératifs d’hygiène.

_____

Pour aller plus loin

Un vide-ordures est un système d’évacuation des ordures ménagères par voie sèche qui permet à chaque étage d’un immeuble d’habitation, voire directement de son appartement, quand il est directement intégré dans l’équipement même de la cuisine, de faire parvenir ses ordures par gravité jusqu’à une benne centrale située au rez-de-chaussée ou en sous-sol, sans se déplacer.

L’accession aux nouveaux logements à Fresnes
En 1959, une délibération du conseil municipal atteste des nombreux programmes de construction rendus possibles par la disponibilité de terrains. Un  tiers de la surface est dédiée à du pavillonnaire, deux tiers à du moyen collectif. La majorité des logements sont acquis grâce à des prêts d’Etat, allégés par l’inflation.
Le confort des logements sera très supérieur à ce qu’il était avant-guerre. A tel point que des nouveaux Fresnois enverront avec fierté des cartes postales qui montrent leurs logements, confortables, fonctionnels, et avec toutes les commodités. À partir du milieu des années 1950, la modernité s’invite dans les logements. Le vide-ordures en sera un des éléments marquants.